Ma conversion à l’islam : le pourquoi du comment #VieDeConvertie

coeurdecel (18).png


 

Quelle était ma position face aux religions par le passé ? Et celle de ma famille ?

A la base, je suis athée. Du moins, je ne m’étais jamais posé la question de « Dieu ou pas Dieu » si je puis dire. Ma mère, de part sa propre mère, s’est toujours considérée comme chrétienne. Mais jamais personne dans ma famille n’a pratiqué une quelconque religion. En fait, dans ma famille, on ne parlait jamais de religion. Voilà pourquoi je me suis toujours considérée comme athée.

 

Quel a été l’élément déclencheur de mon intérêt pour l’islam ?

Je me souviens avoir eu une remise en question spirituelle après avoir entendu parler de l’islam à la télévision (suite aux attentats où cette religion était particulièrement pointée du doigt). C’était vers mars-avril 2016. J’ai donc décidé d’étudier le christianisme, l’islam et le judaïsme (qui sont les 3 grandes religions monothéistes), dans l’espoir de trouver ma voie. J’ai commencé par l’islam parce que c’est la religion dont j’entendais le plus parler, et me voilà convertie. Je n’ai d’ailleurs pas pris la peine d’étudier ces 2 autres religions, bien que la théologie est un domaine qui m’intéresse beaucoup.

 

Pourquoi j’ai décidé de me convertir ?

C’est toujours une question à laquelle j’ai du mal à répondre parce que dans ma tête, tout est tellement clair mais c’est tellement difficile de l’exprimer à l’oral ou à l’écrit. Les valeurs transmises par l’islam ont beaucoup jouées dans ma décision, je ne m’attendais pas à autant de pensées positives venant d’une religion définie de manière si différente à la télé. C’est également mon intuition qui m’a fait sauter le pas. Ca peut paraître bizarre ou indécis (bien que ça ne l’était pas du tout), mais après avoir fait maintes et maintes recherches sur cette religion absolument tous les jours, je ne cessais de ressentir cette sensation étrange mais agréable. Ce genre de sensation inexplicable qui me faisait tellement de bien à chaque fois que je me documentais ou qu’on me parlait de l’islam. C’est difficile à expliquer, mais je ressentais au plus profond de moi que je devais faire ce choix et que je n’allais pas le regretter (et j’avais raison).

 

Comment s’est déroulé le jour de ma conversion ?

C’était le vendredi 19 août 2016, en milieu d’après-midi. Après avoir fait mes grandes ablutions, j’ai été dans une mosquée avec ma meilleure amie (qui, elle, est musulmane de naissance). Quelques jours avant, j’avais rencontré deux filles de ma ville dont une qui m’a conseillé de venir à cette mosquée-ci parce qu’elle connaissait la femme qui s’occupe de la salle de prière (côté femmes évidemment). J’ai donc rejoint celle-ci. En effet, je savais que je me sentirais plus à l’aise avec une femme plutôt qu’avec un imam. J’étais pas mal stressée, j’ignore pourquoi. La jeune femme en question m’a d’abord parlé de la religion dans sa globalité, puis m’a fait réciter la Chahada après elle (seulement en arabe, je précise car je sais que parfois elle est récitée en arabe puis en français). Elle et ma meilleure amie m’ont félicitée en me prenant dans leurs bras, nous avons encore un peu parlé puis nous avons quitté la mosquée. J’en garde un excellent souvenir évidemment.

 

grateful.png

 

Quelle a été la réaction de ma famille et de mes amies ?

Mes amies et connaissances étaient très surprises (il faut dire que seule ma meilleure amie était au courant de mon intérêt pour l’islam), mais contentes pour moi. D’autres s’en fichaient, simplement.

Quant à ma famille, ce fut pour le moins différent. Mes parents ne l’ont pas appris de moi-même malheureusement, d’autres personnes stupides et mal intentionnées se sont permises de faire les fouines et c’est arrivé jusqu’aux oreilles de mes parents. Ils ont alors eu une très mauvaise réaction (surtout que le moment était « mal choisi »). Me pensant radicalisée, ils ont donc pris la décision de faire appel au juge des enfants (puisque j’avais 16 ans et demi à ce moment-là). S’en sont suivis des mois très compliqués à vivre, en effet le fait qu’on m’accuse d’être radicalisée alors que je voulais simplement vivre tranquillement avec ma nouvelle religion (qui plus est sans preuves) me révoltait. J’étais d’ailleurs aussi contrainte à avoir un suivi avec deux éducateurs et une psychologue.

Mes parents ont sûrement du parler de ma conversion au reste de la famille je suppose, moi je ne l’ai pas fait.

 

Qu’en est-il maintenant ?

Aujourd’hui, 1 an après ma conversion à l’islam, les choses restent compliqué à certains niveaux. J’ai encore le suivi dont j’ai précédemment parlé jusqu’à ma majorité (soit dans un peu plus de 5 mois au moment où j’écris cet article). Mon choix d’avoir embrassé l’islam n’est désormais plus un soucis (me semble-t-il?), mais il reste beaucoup d’incompréhension venant de ma famille.

 

 

Voilà tout. Si des questions vous viennent à l’esprit, laissez un commentaire sous cet article ou contactez-moi via les réseaux sociaux. Si la question est récurrente, je la rajouterais dans celui-ci. Si non, je répondrais individuellement.

Je ne souhaite pas effrayer les converti(e)s quand je parle de juge, d’éducateurs, etc. Alors si vous êtes converti(e) ou que vous comptez vous convertir, sachez que ce n’est que ma propre expérience et que ça ne sera pas forcément la vôtre. Contactez-moi via les réseaux sociaux si besoin.

 

 

sabr is key

Publicités

2 Replies to “Ma conversion à l’islam : le pourquoi du comment #VieDeConvertie”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s